Gambie: le Maroc, l'Arabie Saoudite et la Mauritanie auraient refusé l'asile à Jammeh | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

Gambie: le Maroc, l'Arabie Saoudite et la Mauritanie auraient refusé l'asile à Jammeh

mer, 21/12/2016 - 20:02

Le360 - Le président sortant de Gambie, battu à l’issue du scrutin présidentiel du 01 décembre 2016, Yaya Jammeh, voudrait bien partir, mais n’a pas trouvé une terre d’asile, selon une information du quotidien «Les Echos» citant un proche de l’ex homme fort de Banjul. 

«En effet, le Maroc pays d’origine de sa femme Zeinab, lui aurait refusé l’accueil. Jammeh se serait alors tourné vers la Mauritanie, dont le président lui a envoyé un émissaire il y a quelques jours, ensuite vers l’Arabie Saoudite et après la Guinée Conakry, toujours sans succès ».

Le président gambien possèderait une importante propriété dans les environs de Nouakchott, selon plusieurs témoignages concordants. Citant encore un diplomate français, le même organe ajoute «Jammeh n’a aucun soutien sur le continent, à part le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC-rébellion indépendantiste casamançaise, qu’il a soutenu dans le passé».

Une fraction de cette rébellion, notamment la branche de Salif Sadio, rappelle-t-on, était particulièrement proche de l’homme fort de Banjul, qui semble progressivement perdre les repères et les commandes depuis le coup de Trafalgar du 01 décembre 2016. 

Pour Niklas Utlin, chercheur à l’université Georges Mason (Virginie), un spécialiste de la Gambie, cité mercredi par le site « seneweb » le portail le plus fréquenté du Sénégal «ce n’est pas impossible qu’il (Jammeh) veuille partir d’Afrique pour s’éviter un scénario à la Hissein Habré».

L’élection présidentielle gambienne à un seul tour du 01 décembre 2016, rappelle-t-on, a donné la victoire à Adama Barro, un illustre inconnu. Jammeh a félicité le vainqueur, avant de se rétracter par la suite en contestant les résultats.