Afrique : légère hausse des IDE | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

Afrique : légère hausse des IDE

dim, 28/05/2017 - 17:32

La présentation financière du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), tenue lors de ses Assemblées annuelles 2017, mercredi 24 mai 2017, à Ahmedabad, en Inde  indique que les investissements directs étrangers (IDE) ont légèrement augmenté, pour atteindre 56,5 milliards de dollars EU, reflétant l’urbanisation galopante et la croissance des villes, et les investisseurs étrangers ciblant de plus en plus les marchés de consommation. L’aide publique au développement (APD), qui reste la plus importante source de finances publiques, a diminué de 1,7 %.

Les transferts de fonds, venant pour l’essentiel de la diaspora africaine, représentent une source essentielle de capital pour les pays africains, totalisant 64,6 milliards de dollars EU en 2016, d’après le rapport.

Cependant, les données suggèrent que, sur le terrain, ces ressources ne sont pas suffisantes pour répondre pleinement aux défis de développement du continent.

La Banque estime que ses Cinq grandes priorités (Top 5) – éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations – seront le fer de lance de la diversification et de la croissance économiques de l’Afrique, en offrant d’importantes opportunités économiques qui protégeront le continent de futurs chocs sur les marchés des matières premières et renforceront sa résilience.

« Les perspectives de croissance seront d’autant plus étayées par l’augmentation attendue des prix des matières premières, une solide demande interne, une meilleure gouvernance macroéconomique et un environnement des affaires plus favorable », a indiqué Hassatou N’Sele, vice-présidente par intérim chargée des affaires financières de la BAD et qui co-présentait le rapport.

Cependant, la présentation financière du Groupe de la BAD évoque également l’augmentation de la dette, les faiblesses structurelles, la pénurie d’électricité, le changement climatique, les conflits, l’instabilité politique et le terrorisme parmi les risques qui ne peuvent être ignorés.