REJAO/Mauritanie : Une caravane pour « faire connaître l’OMVS à l’école » | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

REJAO/Mauritanie : Une caravane pour « faire connaître l’OMVS à l’école »

dim, 19/05/2019 - 18:43

« Faire connaître l’OMVS à l’école ». C’était l’objectif, amplement atteint, d’une caravane du Réseau des Journalistes pour les Activités de l’OMVS (REJAO) ayant sillonné, du 15 au 18 mai 2019, plusieurs localités du Trarza et du Brakna.

Malgré l’ambiance de fin d’année, les « contraintes » du Ramadan et les difficultés d’accès à certaines localités, la caravane du REJAO a réussi à « prêcher » la bonne parole auprès de centaines d’élèves du Primaire et du Secondaire qui avaient de bonnes références sur l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS).

Aux questions posées par les journalistes du REJAO, après la projection d’un documentaire (en français) sur l’Organisation, ils parvenaient à restituer, convenablement, des connaissances apprises en cours d’histoire-géographie enseignées en langue arabe. Par exemple, le nombre d’Etats membres (Mauritanie, Mali, Sénégal, Guinée), avec la précision que ce dernier pays est entré seulement en 2006 dans l'Organisation, la longueur du fleuve (1750 Km), les barrages (Diama, Manantali, Felou) et les activités essentielles (agriculture, production d’électricité, navigation, pêche).

Le Lycée « Bab El Veth » de Ribaat, chez les Ehel Ennahwi, une illustre famille d’érudits dont la renommée dépasse largement les frontières du Trarza, était la première étape du périple de la caravane du REJAO. La mobilisation était bonne et les journalistes furent agréablement surpris par le niveau des élèves, non seulement à propos de l’OMVS mais aussi par rapport à ce qui se passe dans les grandes villes de Mauritanie. La projection du film sur l’OMVS avait suscitée plus d’intérêt chez les élèves que la distribution symbolique de cahiers, de stylos ou encore de t-shirts et de casquettes estampillés des logos de l’OMVS et du REJAO.

A Bareina, la deuxième étape du périple, la directrice de la plus vieille école de ce bourg, avait retenu la classe de 6ème année, malgré le retard pris par la caravane du REJAO. La séance questions/réponses était tout aussi exaltante. La directrice de l’Ecole « Al Atigh » de Bareina, Khadijetou Mint Mohamed Saïd Tolba, aurait bien aimé que l’échange sur l’OMVS, l’historique de sa création, ses ressources en partage et ses ambitions de développement intégré pour les quatre pays membres dure plus longtemps mais la caravane était attendue, dans la même journée, à l’école 1 de Rkiz.

Dans cette ville à vocation agropastorale, située à quelques 60 kilomètres du fleuve Sénégal, mais rendue célèbre par son lac éponyme, l’OMVS et ses réalisations avaient bonne presse et les élèves, encadrés par l’Inspecteur départemental et le directeur de l’école, redécouvrent, à travers le film documentaire projeté par le REJAO, des connaissances apprises en cours d’histoire-géographie. L’apport de l’audiovisuel est d’un bénéfice incontestable, comme l’ont souligné les responsables pédagogiques de l’établissement.

Le rituel sera le même au cours des étapes suivantes : lycée de Sarandogo, à près de 15 kilomètres de Boghé et à 2 kilomètres environ du fleuve Sénégal, au lycée de Touldé, dont la directrice, Mariata Abdallahi Dia, a lancé un plaidoyer envers l’OMVS pour doter l’établissement d’un forage et le relier au réseau domestique de cette ville-comptoir située sur le bord du fleuve Sénégal, dont le périmètre agricole est en jachère depuis trois ans, faute d’entretien des canalisations.

C’est un voyage marathon, sur près de 300 kilomètres, qui a mené la caravane du REJAO de Boghé à Keur-Macène, en passant par Rosso, où la dernière étape était la visite d’une école primaire de cette ville de « l’OMVS » étant à quelques encablures du barrage de Diama. Aux questions des journalistes, les élèvent répondent presque sans hésiter, le nom de l’OMVS faisant partie de leur quotidien, plus que le cours appris sur l’Organisation dans le cadre du programme de 6ème.

S’il faut vraiment que l’OMVS intervienne dans le cadre de ses actions sociales, le plaidoyer du directeur de cette école, Brahim Ould Rabani, qui rejoint celui de la directrice du lycée de Touldé Doubango (Boghé) méritent d’être entendu, dans le cadre du « Projet de Gestion Intégré des Ressources en Eau et de Développement des Usages multiples du Bassin du Fleuve Sénégal (PGIRE)» qui a vocation de renforcer l’intégration régionale des 4 pays riverains et améliorer les conditions de vie des populations.

Sneiba Mohamed