Qatar et Arabie Saoudite : un rôle mineur dans le financement de l’EI | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

Qatar et Arabie Saoudite : un rôle mineur dans le financement de l’EI

lun, 07/12/2015 - 12:19

Les monarchies du golfe Arabo-Persique seraient-elles les mécènes secrets de l’organisation Etat islamique (EI) ? Les attentats du 13 novembre, en France, ont relancé le débat sur la responsabilité de ces pays, au premier rang desquels l’Arabie saoudite, dans l’essor spectaculaire du mouvement djihadiste. Or, cette controverse amalgame critiques légitimes et contresens.

Premier constat : l’EI n’a pas besoin de contributions extérieures pour boucler son budget. Cette analyse strictement comptable est partagée par à peu près tous les spécialistes de la question. A supposer que ce proto-Etat mafieux empoche ici et là quelques donations privées, ces montants restent insignifiants par rapport aux dizaines de millions de dollars qu’il tire de la mise en coupe réglée d’un territoire aussi grand que le Royaume-Uni.

Ensuite, ni l’Arabie saoudite, ni le Qatar, autre cible rituelle des débats sur les soutiens de l’EI, ne financent, en tant qu’Etat, l’organisation au drapeau noir. Et pour cause : ils se savent dans le collimateur d’Abou Bakr Al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l’EI, qui rêve de mettre la main sur les richesses pétrolières de la péninsule Arabique. La dynastie saoudienne, gardienne des deux mosquées les plus saintes de l’islam, est évidemment la plus menacée par l’homme qui se prétend « prince...