La route continue de massacrer | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

La route continue de massacrer

sam, 23/04/2016 - 09:30

La série d’accidents consacrés sur les voies de circulation routière de Nouakchott continue de plus belle. Mardi dernier, un professeur qui venait de finir des cours à domicile dans une maison proche de l’école de la Police a été percuté par une voiture et se retrouve depuis, entre la vie et la mort à l’hôpital.

Naturellement, le chauffeur a fui, profitant de l’obscurité crépusculaire. Le lendemain deux hauts fonctionnaires, l’un travaillant au ministère de l’Intérieur et l’autre au ministère de la Justice se sont retrouvé dans des lits de l’hôpital.

Le premier a été traîné sur plusieurs mètres, par une voiture alors qu’il venait de garer la sienne à l’Ilot K, et le second a été emporté par un taxi, juste devant chez lui à la Socogim Plage. Là, l’infortuné a bien eu le temps de voir qu’il s’agissait d’un taxi, trois témoins aussi, seulement, le véhicule n’avait pas de plaque d’immatriculation.

Vendredi, c’est une fillette de six ans qui a subi l’irresponsabilité des chauffeurs : Mana, venait à peine de quitter sa maman pour aller se payer des bonbons quand elle fut écrasée par un Taxi.

C’était dans les premières heures du jour, samedi dernier devant la maison de ses parents située face à l’ancien cinéma du quartier. Manifestement, personne ne se trouvait dans la rue au moment de l’accident, parce que la victime sera retrouvée seule dans la rue, gisant sur le sole, par sa mère qui était partie à sa recherche.

Samedi, c’est un maçon sénégalais qui venait de quitter son chantier à Soukouk qui a été retrouvé par des Automobilistes. L’homme présentait plusieurs points de suture et serait percuté par une voiture qui roulait à toute allure.

Tous ces accidents comme ceux qui se sont produits dernièrement dont certains ont été sanctionnés par mort d’hommes, dans la ville de Nouakchott ont un point en commun : après les préjudices, l’homme au volant disparait, et jamais il n’a été retrouvé. Est-ce à dire que forts de cette impunité, les chauffeurs font e moins en moins attention une fois derrière le volant ?

Ce qui est en tout cas sûr, c’est que la ville de Nouakchott connaît bel et bien une multiplication d’accidents de la route. Alors, prudence, Messieurs les piétons. Que vus soyez dans une grande rue ou dans une ruelle, faites attention au véhicule qui passe à côté de vous.

Source : L'Authentique