Un sabotage prémédité et un manque de respect aux autorités /Mohamed Cheikh | Elhourrya

video

Elhourriya Zoom

social

Un sabotage prémédité et un manque de respect aux autorités /Mohamed Cheikh

mar, 20/06/2017 - 14:17
Ahmed Ould Abderrahmane

La finale de la Coupe du Président de la République constitue un évènement majeur dans tous les pays et particulièrement dans le nôtre ou l’implication du Président de la République n´a jamais défaut surtout pour la promotion du football.

Cet engagé a amené la Fédération Mauritanienne de Football à s’investir pleinement pour préparer la finale qui doit opposer deux équipes parmi les meilleures dans notre pays ces dix dernières années : Tevragh Zeina et F C Nouadhibou.

Quelle belle affiche pour le couronnement d’une belle saison après le retour victorieux des Mourabitounes du Botswana dans le cadre du premier tour des éliminatoires de la CAN 2019. Tout plaidait pour une belle fête de football.

Conscients de l`importance de cette finale traditionnelle, les responsables de la FFRIM ont dans un premier temps réfléchi à un lieu de substitution pour jouer la finale parce que les travaux de réfection du Complexe Olympique avaient débuté.

C´est ainsi que tous les efforts matériaux et humains furent mis sur la viabilisation du stade Feu Cheikha qui n´était pas prépare à un tel évènement qui doit surtout se dérouler la nuit a cause du ramadan.  C’est ainsi qu’un important investissement financier a été engagé pour l´éclairage, les pourtours du stade, les vestiaires, etc.  L’objectif était de rendre le stade attrayant afin que la fête soit belle au grand bonheur des nombreux amoureux du ballon rond qui attendaient avec impatience cette rencontre.

Seulement pendant que les deux équipes finalistes se s´entraînaient, un plan machiavélique se préparait malheureusement pour saboter cette finale et à nuire à la réputation bien établie du Président de la Fédération Mauritanienne de Football dont la probité et le travail ont dépassé nos frontières.

En effet, les faits sont sacrés et ce sont les faits qui comptent:

Pendant que les supporters convergeaient vers le stade dont l’éclairage faisait plaisir en cette nuit de coupures intempestives, l´équipe de Tevragh Zeina a pris de court tout le monde en refusant de se rendre alors que celle de F.C Nouadhibou était sur place à l’heure prévue comme cela avait été décidé en présence des responsables des deux équipes lors de la réunion technique quelques heures auparavant.

L’équipe de Tevragh Zeina a refusé de jouer la finale de la Coupe du Président de la République ce dimanche 18 juin 2017 et cela pendant qu´elle savait qu’elle devait être présidée par le Premier Ministre Monsieur Yahya Ould Hademine.

Ce qui est étonnant dans cette histoire est que les responsables du club n’avaient auparavant montré aucun signe de désistement à cette finale, ni par écrit, ni oralement parce qu’elle a respecté tout le processus qui prévaut dans ce genre de situation.

Quelle mouche a donc piqué Madame la Maire de Tevragh Zeina, Présidente de ce club phare de la capitale, qui contrairement aux autres clubs, vit sur le dos des contribuables, et qui se doit une certaine ligne de conduite.

-Qu´est ce qui peut expliquer le « forfait » de dernière minute de cette formation alors que rien ne le laissait pressentir depuis que les deux finalistes ont été connus.

-Pourquoi les responsables de Tevragh Zeina n´ont pas adressé une quelconque réclamation demandant un report ou tout autre chose. Bizarre.

C´est tout simplement incompréhensible ce genre de comportement pour un club dont la première responsable est une femme politique connue et normalement respectueuse de l´Etat et le second responsable premier vice-président de la Fédération Mauritanienne de Football qui il y a quelques temps dans un discours traitait le président de la FFRIM : « De fierté nationale ».

Qu’est ce qui a changé entre temps ? Concorde a remporté le titre de champion sur le terrain et F.C Nouadhibou a gagné sa bataille contre la Garde. Ce sont peut-être ces deux faits qui ont poussé les responsables de Tevragh Zeina à se comporter aussi indignement vis-à-vis de l’ensemble du peuple mauritanien qui lui voulait sa FINALE. 

Peut-être, il y a aussi autre chose lié à la jalousie et à la cupidité parce qu’aujourd’hui être champion ouvre la voie à une importante masse financière (Coupe Arabe) et cela grâce au travail fait par l’équipe d’Ahmed Ould Yahya qui a permis à notre pays de progresser. Seulement cette fois, l’équipe de l’ASAC Concorde a fait le travail pour mériter ces faveurs.

Vraisemblablement Madame la Maire a des difficultés pour gérer son équipe et comptait sur un coup de poker pour se sortir de cette situation délicate. Ce n’est pas gagné parce que ce dimanche 18 juin 2017 elle a enfoncé le clou par le refus de son équipe de jouer la finale de la Coupe du Président de la République. Pire encore, elle a montré son mépris au gouvernement mauritanien dans son ensemble qui s’était mobilisé pour suivre cette fête.

Comme l´a dit quelqu´un c´est trop osé pour quelqu´un qui jouit de tous les privilèges. C´est le moins que l´on puisse dire en voyant toute cette foule de supporters désole de ne pas voir évoluer leurs favoris dans une ambiance que la Fédération Mauritanienne leur a appris à vivre : « bonne organisation, fair-play et spectacle.

Si Madame la maire et ses acolytes voulaient saboter la finale de la Coupe du Président de la République, ils ont réussi et partant ils ont manque de respect a l´ensemble des autorités qui avaient fait le déplacement.

Seulement d´un autre côté, ils ont montré le peu de respect qu´ils accordent aux sportifs, leurs joueurs en tête, mais aussi aux dirigeants du pays dont ils n’ont accordé aucun intérêt.  

Quand a la Fédération Mauritanienne de Football, qu’ils ont voulu poignarder, elle continuera à avancer parce que les « les ballons et les lunettes » se trouvent au bout de chaque rue et Ahmed Ould Yahya a pris le bon bout. Cela le citoyen lambda qui se promène aujourd’hui fièrement avec le maillot des Mourabitounes sur le dos l’ont bien compris ainsi que les plus hautes autorités du pays.

 

Mohamed Cheikh